LE DROIT A LA VILLE: MAI 2019

LE DROIT A LA VILLE: MAI 2019

LE DROIT A LA VILLE, MAI 2019

L'actualité du groupe créé sur le réseau social Facebook "Le droit à la ville a 50 ans I El derecho a la ciudad: 50 anos".

Ce mois ci dans le groupe LE DROIT A LA VILLE A 50 ANS I EL DERECHO A LA CIUDAD : 50 ANOS nous parlons:

  • De l’idéal perdu de la « Butte rouge », un idéal pour une population ouvrière qui aspirait à un loyer modeste car ne pouvant accéder au marché privé avec Alerte Butte Rouge.
  • De la sortie de l’ouvrage « Sur la vague jaune » par Bernard Floris et Luc Gwiazdzinski Site de l’éditeur
  • De la sortie de l’ouvrage « VILLES RADICALES: Du droit à la ville à la démocratie radicale » par les Éditions Eterotopia France > Site de l’éditeur
  • De la sortie du numéro 412 de la revue Urbanisme « Nouvelles figures du Droit à la Ville » > Site de l’éditeur
  • De la traduction en anglais de l’ouvrage de Henri Lefebvre « Hegel, Marx, Nietzsche ou le royaume des ombres » de 1975 prévu pour 2020 aux éditions Verso: « Hegel, Marx, Nietzsche or the Realm of Shadows » > Site de l’éditeur
  • De la manifestation-déambulation Bellevil’Montant avec le Droit à la Belle Ville
  • De la manifestation « sauvons le logement social à Grenoble » ou les effets pervers de la Loi Elan

Le « Droit à la Ville » est très vivant et le cinquantenaire de l’ouvrage de Henri Lefebvre sonne comme une nouvelle jeunesse.

Alors, rejoignez nous! 

.

FAUT-IL DÉFENDRE LA VILLE ?

FAUT-IL DÉFENDRE LA VILLE ?

DÉFENDRE LA VILLE ?

Sortie de l'ouvrage "La Ville même petite" par Luc Maréchal et René Schoonbrodt aux éditions Labor.

L’opus, « La Ville même petite » par Luc Maréchal et René Schoonbrodt., est arrivé et nous allons plonger dedans avec delectation. Ne serait ce que le projet de la collection « Quartier Libre », dirigée par Pierre Delrock, venu de Bruxelles.

Dès la première page, une interrogation fondamentale: « C’est quoi la ville? ». Exercice périlleux de définition. Au fond, l’on fini par la définir par ce qu’elle n’est pas: ni village (en terme commun), ni agglomération (en terme d’urbanisme) et métropole rejoignant des zones d’influences qui ne participent pas de la définition.

Alors quoi ? Cette entité fondamentale nommée « ville » et sur laquelle nous réfléchissons quotidiennement, quelle est sa réalité?

Vil, Gigantesque, Grande, Petite, Moyenne, Rurale, Ville-centre, Centre Ville, Ville Haute, Ville Basse, Historique, Cité, Agglomération, Mégalopole, Mégapole, Macropole … tant de termes pour comprendre et appréhender la structure d’une réalité créée et permise pour le prolongement de nos vies, devenues urbaines, que l’on définit aussi en « opposition à » .

 » Pourquoi faut-il défendre la ville et la promouvoir ? La réponse immédiate, c’est que la ville incarne une conviction née d’un projet politique : […] se battre pour la ville, c’est mettre en place les conditions physiques et politiques d’une vie meilleure, plus libre, plus égalitaire et plus solidaire. Il y a un lien entre liberté urbaine et forme de la ville… mais d’autres facteurs interviennent : le développement économique, la paix locale, la culture locale, le niveau de revenus des habitants… La sociologie enseigne que les faits sociaux et culturels évoluent sous la pression de multiples facteurs, y compris la volonté d’autonomie des hommes et des femmes dans la société. Simple rappel qui doit rendre modeste tout aménageur prétendant assurer le bonheur du peuple, sans l’entendre, rien que par l’architecture et l’aménagement ! « 

EN SAVOIR PLUS