VILLES: L'OEIL INTENTIONNEL DU PHOTOGRAPHE

Durant une année, le photographe Jean-Christophe Bechet a passé une année à photographier Corbeil-Essonnes, invité par le festival « L’œil Urbain ». Réflexions.

Un grand merci au festival L’oeil urbain pour ce focus sur la résidence photographique de Jean-Christophe Bechet qui a passé une année à photographier Corbeil-Essonnes.

Si, à Common.Langage,  nous travaillons sur la sémantique, la sémiotique, la formation de discours toujours contextuels par le fait d’un orateur et d’un oratoire, le travail du photographe est souvent, pour nous, ce que l’on nomme une synecdoque : « une partie pour un tout » . Photographier est aussi une intention, dans son cadrage, sa prise de vue et finalement « ce que l’on souhaite dire ». Photographier est ainsi, au fond, de l’ordre d’un discours mais sans parole. L’orateur y disparait et l’oratoire devient le spectateur, actif dans sa découverte.

Au delà, on retrouve dans ce travail quelques termes qui étaient aussi présents à Montluçon lors de la rencontre nationale sur les villes moyennes organisée par La ville en Commun comme les notions de coupure (naturelle, infrastructurelle), le local versus global . Bref, passionnant. 

EN SAVOIR PLUS

 

 

 

 

Share This

Share this post with your friends!

%d blogueurs aiment cette page :