MICHEL SERRES: L’INTERMEDIAIRE

MICHEL SERRES: L’INTERMEDIAIRE

MICHEL SERRES, L'INTERMÉDIAIRE

Michel Serres, philosophe et historien des sciences aux paroles toujours claires et d’une limpidité déconcertante face aux complexités des thèmes abordés, nous quitte en ce 1er Juin 2019. Hommage. 

Alors que nous replongions dans les écrits d’Aristote dans De Anima (De l’ âme) au sujet des 5 sens, cette triste nouvelle est tombée. L’auteur de l’essai en 1985 de « Les 5 sens, Philosophie des corps mêlés », disparait.

Cet ouvrage de Michel Serres est incontournable car il réussi à démonter peu à peu la dualité sujet / objet et dans un même trait individu / collectif par les notions de « quasi-objet » & « quasi-sujet ». Hors ce sont bien ces notions d’intermédiaires qui aujourd’hui secouent tout autant la sociologie que la linguistique et la philosophie.

Si le langage est posé aujourd’hui comme structuré autour de dualités et d’oppositions; si la langue a une fonction structurante collective, sociale; si  la parole a une fonction individuelle d’actualisation des codes, alors il est évident que l’approche de Michel Serres interroge.

Parallèlement, des interrogations venues d’autres champs prennent le même chemin: les représentations intermédiaires par Umberto Ecco, la « Logique dynamique du contradictoire » par Stephane Lupasco.

Toutes ces approches convergent vers une hypothèse créatrice langagière commune qui questionne notre monde, nos sociétés, font face à leurs complexités et agissent.

Alors, un immense hommage à Michel Serres dont les oeuvres nous permettent de continuer notre travail par un questionnement permanent.

EN SAVOIR PLUS

Michel Serres philosophe, nous rappelle que c’est par nos cinq sens que nous sommes en relation avec les autres et le monde. Mais que se passe-t-il, lorsque nous sommes privés de l’un d’eux ? Et y a-t-il une hiérarchie entre eux ? Film extrait du site Corpus réalisé par Roland Cros.

A LIRE

  • Sur la notion de « corps mêlés » chez Michel Serres, Yuiko AGATA, La Philosophie : Journal international de l’Association philosophique du Japon, n°67, Avril 2016, p.123-136. Cliquer ici

 

 

 

LE DROIT A LA VILLE: MAI 2019

LE DROIT A LA VILLE: MAI 2019

LE DROIT A LA VILLE, MAI 2019

L'actualité du groupe créé sur le réseau social Facebook "Le droit à la ville a 50 ans I El derecho a la ciudad: 50 anos".

Ce mois ci dans le groupe LE DROIT A LA VILLE A 50 ANS I EL DERECHO A LA CIUDAD : 50 ANOS nous parlons:

  • De l’idéal perdu de la « Butte rouge », un idéal pour une population ouvrière qui aspirait à un loyer modeste car ne pouvant accéder au marché privé avec Alerte Butte Rouge.
  • De la sortie de l’ouvrage « Sur la vague jaune » par Bernard Floris et Luc Gwiazdzinski 

https://www.elyascop.fr/catalogue/sur-la-vague-jaune

  • De la sortie de l’ouvrage « VILLES RADICALES: Du droit à la ville à la démocratie radicale » par les Éditions Eterotopia France
  • Du débat « Droit à la ville vs Ville accueillante » ayant eu lieu à la Cité de l’architecture et du patrimoine avec Cyrille Hanappe et Actes et Cités

https://www.citedelarchitecture.fr/…/…/la-ville-accueillante

  • De la sortie du numéro 412 de la revue Urbanisme « Nouvelles figures du Droit à la Ville » avec Mansat Pierre et Grégory Busquet
  • De la traduction en anglais de l’ouvrage de Henri Lefebvre « Hegel, Marx, Nietzsche ou le royaume des ombres » de 1975 prévu pour 2020 aux éditions Verso: « Hegel, Marx, Nietzsche or the Realm of Shadows »
  • De la manifestation-déambulation Bellevil’Montant avec le Droit à la Belle Ville
  • De la manifestation « sauvons le logement social à Grenoble » ou les effets pervers de la Loi Elan par Joe Jack

Le « Droit à la Ville » est très vivant et le cinquantenaire de l’ouvrage de Henri Lefebvre sonne comme une nouvelle jeunesse.

Alors, rejoignez nous! 

.

EN SAVOIR PLUS

 

 

 

 

LE LANGAGE : R.ITAL

LE LANGAGE : R.ITAL

ETRANGER & EUROPÉEN, LE LANGAGE : R.ITAL

Détour par l'ouvrage de Cavanna, Les Ritals, 1978

R.ITAL : Réfugié ITALien, mention portée sur les papiers des immigrés venus en France après la seconde guerre mondiale.

« C’est un gosse qui parle. Il a entre six et seize ans, ça dépend des fois. Pas moins de six, pas plus de seize. Des fois il parle au présent, et des fois au passé. Des fois il commence au présent et il finit au passé, et des fois l’inverse. C’est comme ça, la mémoire, ça va ça vient. Ça rend pas la chose compliquée à lire, pas du tout, mais j’ai pensé qu’il valait mieux vous dire avant. C’est rien que du vrai. Je veux dire, il n’y a rien d’inventé. Ce gosse, c’est moi quand j’étais gosse, avec mes exacts sentiments de ce temps-là. Enfin, je crois. Disons que c’est le gosse de ce temps-là revécu par ce qu’il est aujourd’hui, et qui ressent tellement fort l’instant qu’il revit qu’il ne peut pas imaginer l’avoir vécu autrement », Cavanna, Les Ritals, 1978

.

EN SAVOIR PLUS

 

 

 

 

ASPHALTE: HOMMAGE A LA BANLIEUE

ASPHALTE: HOMMAGE A LA BANLIEUE

ASPHALTE: HOMMAGE A LA "BANLIEUE"

Détour par le film "Asphalte" du réalisateur Samuel Benchetrit, 2015

Une petite merveille de 2015, que ce  film « Asphalte » de Samuel Benchetrit qui réunit réunit deux des nouvelles des « Chroniques de l’asphalte » que le réalisateur a écrites en 2005 : « Si je devais résumer le film, je dirais qu’il s’agit de trois histoires de chute. Comment peut-on tomber – du ciel, d’un fauteuil roulant ou de son piédestal – et être récupéré ? Voilà la question qui traverse à chaque instant Asphalte. Car les gens de banlieue peuvent être de très grands « récupérateurs ». Pour y avoir passé ma jeunesse, je peux dire que je n’ai jamais connu de solidarité aussi forte qu’en banlieue. Même si avec le temps, comme partout, la solitude et l’isolement gagnent peu à peu du terrain. », Samuel Benchetrit, 2015.

Les plans travaillent sur la présence/absence: la présence des personnages est accentuée par l’absence de signification de l’espace. Ou, plutôt, un espace tellement signifiant dans sa fonction, qu’il pourrait en perdre l’habiter. Ce sont ces deux termes absence/présence, dans un dialogue permanent, qui donnent corps au récit. Magnifique.

.

EN SAVOIR PLUS

 

 

 

 

MEMOIRE ACTIVE: 1ER MAI

MEMOIRE ACTIVE: 1ER MAI

1ER MAI : EGLANTINE, MUGUET & TRIANGLE ROUGE, 1891

La journée internationale des travailleurs est aussi la mémoire active du massacre de Fourmies (Nord de la France) et du combat social.

Le 1er Mai est une journée internationale particulière: celle nous rappelant à la mémoire les luttes ouvrières ayant abouties à nos acquis sociaux .

C’est aussi une journée permettant de réfléchir et de célébrer une continuité des combats entamés par les travailleurs internationaux. 

En France, le 1er mai s’enracine définitivement en 1891 dans la tradition de lutte des ouvrier.e.s réclamant la journée de travail à huit heures sous l’impulsion de la IIe Internationale socialiste: neufs morts à Fourmies dans le Nord de la France ont permis de réifier ce dont la société bénéficie aujourd’hui. L’églantine, fleur écarlate, remplacée par le muguet aujourd’hui, était un rappel du sang versé.

A vous :

Maria Blondeau, 18 ans – Louise Hublet, 20 ans – Ernestine Diot, 17 ans – Félicie Tonnelier, 16 ans – Kléber Giloteaux, 19 ans – Charles Leroy, 20 ans – Émile Ségaux, 30 ans – Gustave Pestiaux, 14 ans – Émile Cornaille, 11 ans

EN SAVOIR PLUS