LE DROIT À LA VILLE

Pour une réactualisation de la pensée de Henri Lefebvre sur l'urbain

Le manifeste de Henri Lefebvre apparait en Mars 1968 dans un contexte de fort développement des sciences sociales et notamment de la sociologie qui prend alors pour analyse « La Ville ». Tout d’abord appelée à la table des analyses pouvant influencer les décisions politiques, la sociologie urbaine s’en détache peu à peu dans une critique de la politique urbaine menée. La fin de la politique des grands ensembles, en France, n’est que de cinq année postérieure à l’apparition du Manifeste de Henri Lefebvre et, comme le dit l’ouvrage de  Colette Petonnet en 1979 : « on est tous dans le brouillard» .

50 ans plus tard, le sommes nous toujours?

Le 05 Octobre 2017, Common.Langage a créé le groupe « Le Droit à la Ville a 50 ans I El derecho a la ciudad : 50 anos » sur le réseau social Facebook afin de créer des synergies reliées à la perspective de l’anniversaire du manifeste de Henri Lefebvre. 300 personnes, chercheurs, urbanistes, géographes, activistes engagés, curieux et citoyens nous ont rejoint, enrichissant les débats par des échanges de recherches et d’actions. De cette richesse est née une matière que nous relatons ici. 

LES RECHERCHES ISSUES DU GROUPE

Retour sur le contexte de l'apparition de l'ouvrage de Henri Lefebvre : revues critiques, politiques urbaines.

Afin de pouvoir comprendre l’émergence du « Droit à la ville », nous entamons actuellement une série de recherches sur l’extrême développement des sciences sociales à partir de 1965 tout autant que les nombreuses tentatives de recherches pluridisciplinaires ayant caractérisées cette époque.  En effet, le croisement de la psychothérapie, de la pédagogie et de la sociologie critique a eu pour volonté et impact, une ouverture de tous les territoires. La reprise du rapprochement des pensées de Freud et de Marx dans le contexte révolutionnaire de 1968 est celui d’une tentative d’appréhension et de dépassement d’une double aliénation : « Il s’agit dans les deux cas d’une théorie critique radicale de la société aliénée dont ils arrachent le voile du légalisme juridique dans l’un, de la civilisation dans l’autre, laissant comme catégorie centrale commune la répression sociale et sexualo-économique », L’Homme et la société, N. 11, 1969, Freudo-marxisme et sociologie de l’aliénation.

La radicalité critique est peut être, effectivement, ce qui caractérise ces années et leurs foisonnements théoriques à visée pratiques. 50 ans plus tard, que reste t il de cette praxis sous-tendue par le marxisme ?

Nous publierons au fur et à mesure de l’état des recherches une série d’articles, alors restez à l’écoute !

Le 15 mars 2019

Les actions

Appui actions : Atelier Populaire d'Urbanisme de Villeneuve (Grégory Busquet, David Bodinier)

Le 26 Octobre 2017 nous avons a été invité à intégrer le conseil d’orientation du Colloque international « Le droit à la ville » d’Henri Lefebvre organisé par La Ville en Commun, Tous Urbains et l’Ecole d’Urbanisme de Paris s’étant déroulé les 04 & 05 avril 2018 et pour lequel dont avons assuré le développement digital.